Les hommes du maquis

 Cette page est dédiée aux hommes et aux femmes du maquis de l’Oisans.

Tous les éléments figurant sous chaque patronyme proviennent de sources authentifiées. Les ouvrages de référence et les archives donnent beaucoup d’informations. Mais pas seulement : les familles et les historiens apportent aussi leur part.

Pour chaque maquisard, on trouvera en plus d’une photo, au mieux trois rubriques :

  • état-civil et vie civile;
  • son passage au maquis;
  • les nominations, décorations et points administratifs, les lieux de mémoire, site internet ou documents où il est fait référence à l’intéressé. 

Recherchez avec la première lettre du nom de famille


Recherchez avec la première lettre   

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 
Émile Bonas
/ Section Lafleur
Du 06/07/1944 au 11/07/1944

Émile Bonas

Pseudo : Bonus

Né le 14 juillet 1908 à Valdoie (territoire de Belfort). Sa famille habitait à la Buclée, maison Rosest à Echirolles (38).

Sous-officier à la 13ème Compagnie indochinoise de Pont-de-Claix (LP p.105). 


Le 5 juillet 1944, a rallié le Maquis (LP p.81) et il est désigné dès le 6 pour prendre une section.
Le 7 juillet 1944, devient adjoint du sous-lieutenant Flocard. 
Le 10 juillet 1944, est porté disparu après l'action des Allemands à Saint-Jean de Maurienne déclenchée sur trahison du lieutenant Sacha (LP p.105). 
Le 11 juillet 1944, est tué à Saint-Jean de Maurienne (Savoie). 


Mort pour la France. 

Croix de guerre 1939-1945 avec citation : 

"Lors de l'attaque du dépôt d'armes de Saint-Jean de Maurienne, le 10 juillet 1944, a permis par son action énergique le retrait du gros du détachement.

Attaqué par un ennemi très supérieur en nombre, a couvert avec deux de ses hommes la retraite de son fusil mitrailleur. Ses deux hommes tués, lui-même légèrement blessé, il n'en a pas moins continué la lutte. Pendant six heures, il est traqué par les Allemands, se défendant jusqu'à sa dernière cartouche.

Fait prisonnier à 12 heures, les Allemands veulent s'en servir pour attaquer les FFI. Par de faux renseignements, il engage les Allemands dans les gorges de l'Eau-d'Olle permettant à nos postes avancés de réduire immédiatement l'attaque.

Porté disparu à la date du 12 juillet 1944".

Fiche sur le site mémoire des hommes.

Cité sur le site memorial-genweb.

Inscrit sur le monument aux morts d'Echirolles (38).

Cité dans le JMO du GM1 sur la période du 3 au 17 juillet 1944.

Cité dans le journal de marche du groupe mobile n° 5 du 4 juillet au 30 août 1944.


 
Georges Gaudry
Groupe mobile n° 5 / Section Lafleur
Du 01/01/1944 au 31/08/1944
93ème Régiment d'artillerie de montagne /
Du 01/09/1944 au 06/12/1944

Georges Gaudry

Né le 25 octobre 1925 à Lyon (Rhône). 

Le 6 décembre 1944 est tué à Guillestre (Hautes Alpes). 


Mort pour la France. 

Fiche sur le site mémoire des hommes.

Cité sur le site memorial-genweb.


 
Jean-Claude Fraysse
/ Section Lafleur
Du 01/01/1944 au 11/07/1944

Jean-Claude Fraysse

Gendarme.
Le 11 juillet 1944, tué à Saint Jean de Maurienne (Savoie) sur trahison du lieutenant Sacha


Orthographié Fraîche dans LP p.105.

Cité dans le journal de marche du groupe mobile n° 5 du 4 juillet au 30 août 1944.


Jean-Daniel Cout
/ Section Lafleur
Du 01/01/1944 au 10/07/1944

Jean-Daniel Cout

Né le 12 avril 1926 à Saint Jean de Maurienne (Savoie). 

Tué le 10 juillet 1944 à Saint Jean de Maurienne (Savoie) sur trahison du lieutenant Sacha (LP p.105).


Mort pour la France. 

Fiche sur le site mémoire des hommes.

Cité sur le site memorial-genweb.

Inscrit sur le monument aux morts de Saint-Egrève (Isère).

Repose au carré militaire du cimetière de Saint-Egrève (Isère).

Son nom a été trouvé orthographié Clot ou Cot.

Cité dans le rapport du lieutenant Lafleur sur l'expédition à Saint-Jean de Maurienne.

Cité dans le journal de marche du groupe mobile n° 5 du 4 juillet au 30 août 1944.